Nicolas Bancel - sociologue

Guillaume Béguin - collaboration artistique

Karine Bellanger - diffusion

Sophia Bencharif - costumes

Salma Bordes - scénographie

Cécile Bournay - jeu

Cécile Box - costumes

Charly Breton - jeu

Antoine Briot - son - vidéo

Guillemine Burin-des-Roziers - scénographie

Roma Calmant - administration

Pierre Chevalier - dramaturgie

Valentin Durup - musicien

William Edimo - jeu

Karim Fatihi - jeu

Arthur Fourcade - jeu

Kevin Gabriel Fricot - encorencore.org

Yoli Fuller - jeu

Lola Giouse - jeu

Christian Giriat - dramaturgie

Arthur Haie - coupe costumes

Sedjro Giovanni Houansou - dramaturgie

Cécile Kretschmar - silhouettes - maquillage

Analyvia Lagarde - scénographie

Maika Louakairim - jeu

Emmanuel Matte - jeu

Véronique Maurin - relectrice

Alix Montheil - jeu

Marc Nammour - musicien

Jean-Paul Onzon - regard paysan

Clémentine Pradier - lumières

Charles Rey - régie générale

Mathieu Rigouste - sociologue

Juliette Romens - régie générale - lumières

Quentin Rumaux - lumières

Samira Sedira - jeu

Fleur Sulmont - mise en scène - jeu

Nanténé Traoré - jeu

LA COMPAGNIE

le désordre des choses est une compagnie théâtrale créée en 2014 à Ennezat, en Auvergne-Rhône-Alpes (dans la ferme d’un agriculteur bio). Elle réunit autour d’un même projet artistique Aurélia Lüscher (comédienne, metteuse en scène issue de l’École de la Comédie de Saint-Étienne) et Guillaume Cayet (dramaturge, auteur, metteur en scène, formé à l’ENSATT à Lyon).
 

Le projet de la compagnie se définit autour de plusieurs axes : travailler les écritures contemporaines, lier dramaturgie poétique et théâtre politique, articuler fable et réel, instaurer une dynamique de territoire (rapprocher amateur.ices et pratiques professionnelles, créer des partenariats avec des lycées, des écoles, des prisons), développer un théâtre de troupe avec des acteur.ices et des collaborateur.ices complices.
 

Les projets de la compagnie sont pensés au long cours, par cycles et thématiques. Ainsi depuis 2015, c’est autour de deux problématiques que la compagnie travaille, celle du post-colonialisme et celle de la ruralité. Pour sensibiliser le public et toucher un plus grand nombre de spectact.eur.rice., des petites formes sont également écrites et représentées dans des espaces non-théâtraux.
 

La compagnie tente de représenter des histoires dissidentes, prônant un théâtre de décentralisation et de service public. Elle porte sur scène des corps / voix souvent peu présent.e.s au théâtre, pensant que la représentation peut donner aux oublié.es de l’histoire voix au chapitre. Elle ne conçoit pas la représentation théâtrale comme une cérémonie mais comme le lieu de l’agora. Le lieu du dissensus, du débat, entre cette histoire représentée et l’Histoire dite officielle.
 

AURÉLIA LÜSCHER

 

Aurélia Lüscher s’inscrit en 2008 au Conservatoire de Musique de Genève en filière art dramatique. De 2012 à 2015 elle intègre l’École de la Comédie de Saint-Étienne. Avec la compagnie le désordre des choses qu’elle co-fonde en 2014 avec l’auteur Guillaume Cayet, iels créer en 2015 « Les Immobiles » au théâtre du Verso Saint-Etienne, en 2017 «B.A.B.A.R (le transparent noir)» à la Maison des Arts du Léman et en 2021 « La Comparution » en production déléguée avec la Comédie de Valence, à la Comédie de Clermont. Toujours avec la compagnie, elle joue dans les lycées avec «Innocent.e.s » mis en scène par Fleur Sulmont et met en scène « Neuf mouvements pour une cavale » en 2019, co-produit par la Comédie de Clermont-Ferrand - scène nationale et le Théâtre des Îlets - CDN de Montluçon.

Elle fonde également le Collectif Marthe implanté à Saint-Étienne, avec Marie-Ange Gagnaux, Clara Bonnet et Itto Medhaoui. Avec « Le Monde Renversé », le collectif est accompagné par Prémisses Production pour  trois années et pour une résidence au Théâtre de la Cité Internationale à Paris de la même durée. Leur seconde création « Tiens ta garde » est créé en mars 2020 à la Comédie de Saint- Étienne. Elles créent en 2022 « Rembobiner » une petite forme autour de la réalisatrice suisse Carole Roussopoulos.

GUILLAUME CAYET

 

Guillaume Cayet travaille avec divers.es metteu.r.se.s en scène comme dramaturge et collaborateur artistique. Il a signé une dizaine de pièces, dont plusieurs ont fait l’objet de publication aux Éditions Théâtrales (Les Immobiles, Proposition de Rachat, Dernières Pailles, Une commune et B.A.B.A.R), aux Éditions En Actes (De l’autre côté du massif, La disparition) chez Lansman Éditeur. Ses pièces ont reçu différents prix (Artcena, Journée des auteurs de Lyon…) et ont été lues dans différents festivals (Festival Focus de Théâtre Ouvert notamment) et mises en onde sur France Culture.

 

Il collabore avec Julia Vidit en tant que dramaturge depuis la pièce Illusions d’Ivan Viripaev, et en tant qu’auteur (Dernières Pailles, création de Julia Vidit en 2017 à la Scène nationale de Bar-le-Duc), ainsi qu’avec Guillaume Béguin et le Collectif Marthe. Il est aussi membre de la compagnie le désordre des choses avec laquelle il crée Les immobiles, B.A.B.A.R (le transparent noir), Neuf mouvements pour une cavale, autour du paysan Jérôme Laronze et La Comparution (sur les violences policières). Son parcours l’amène également à investir d’autres champs littéraires et esthétiques puisqu'il travaille actuellement à l’écriture de son premier roman et de ses premiers scénarios.